Retour à la page principale

Lou Pelaya
(une association dans laquelle il ne faut pas s'investir)


J'ai joué (et un peu dansé) dans l'association Lou Pelaya pendant 8 ans, de fin 2015 à début 2024.

En plus, je m'y étais investi (bénévolement) dans la reprise du site internet (pour proposer du contenu aux membres et y inclure des fonctions de gestions des adhérents), puis dans la sonorisation (j'avais suivi une formation de sonorisateur, pour Loufolk et Folles Cadences).

Pourquoi n'y suis-je plus actif actuellement ?

Fin novembre 2023, Nicolas Chaumier, président de l'association, m'a envoyé un e-mail "Avertissement" m'incitant à quitter l'association, sans motif clair, sans aucune discussion préalable, sans rien qui le laissait prévoir. Avec, en copie, tous les musiciens et tous les menbres du CA.

N'en comprenant pas les raisons, j'ai demandé des explications par emails et une lettre recommandée avec avis de réception, auquels il n'a même pas répondu.

Une semaine plus tard, suite à mon refus de quitter l'asso sans comprendre pourquoi, j'ai reçu une convocation en vue d'exclusion, toujours sans justification. Evidemment, ce CA extraordinaire n'a pas pu m'exclure : il n'en avait pas le pouvoir (j'ai rapellé qu'il appartient à l'AG) et il n'avait aucun motif grave. Mais il n'a même pas daigné me présenter ses conclusions. (!)


Le président refusant toutes les médiations proposées par d'autres musiciens ou s'abstenant de répondre à leurs questions, la situation s'est envenimée.

Cinq autres musiciens (parmi ceux qui participaient le plus régulièrement aux répétitions), outrés par cette procédure, s'y sont opposés et se sont mis en grève.

Le président a alors interdit les répétitions entre musiciens, puis résilié l'usage de la salle de répétition que la mairie de Bernin mettait à disposition, tout en reprenant des répétitions "privées" avec certains des musiciens restants.


Soutenu par un CA de complaisance (qualifié de "lâche" par la juriste de France Victimes consultée) et par l'absence de réaction des adhérents danseurs qui n'ont pas envie de se mouiller, Nicolas Chaumier a fini par obtenir ce qu'il voulait, pour des raisons toujours inavouées : éliminer une personne sans motif sérieux, au prix fort :

l'association a perdu 6 musiciens, en piétinnant les avis des adhérents les plus anciens de l'association, dont certains étaient actifs depuis plus de 25 ans, ainsi que des danseurs.

Le président tente de m'attribuer la responsabilité totale de l'ensemble de la crise qu'il a provoquée et délibérément entretenue.
Les danseurs préfèrent l'attribuer à "un problème entre musiciens".


Si vous souhaitez de plus amples informations, je me tiens à votre disposition -> Contact ou au tel : 06 95 200 537.

Si vous souhaitez faire paraitre un commentaire (légalement acceptable), à la façon "Blog", vous pouvez me l'envoyer et je l'ajouterai en bas de cette page, que je continuerai de mettre à jour si de nouvelles informations le justifient.


Addendum 01/05/2024 :

Nous apprenons que le CA vient de voter des modifications très importantes du Réglement Intérieur. Elles sont illégales, car le bureau et le CA s'y auto-attribuent des droits d'autocratie qui appartiennent à l'AG, selon les statuts. Dans un e-mail à destination du seul CA, le président a affirmé que ce nouveau réglement intérieur est applicable immediatement (dès le 1er mai), sans vote de l'AG, sans même l'avoir présenté aux adhérents.

Addendum 03/06/2024 :

Nous découvrons ce matin que cinq des musiciens "frondeurs", bien que toujours membres de l'association et à jour de cotisation, se sont vu retirer arbitrarement l'accés à la section "Membres" du site, sans préavis ni notification. Dès lors, ils ne reçoivent plus les emails d'information des activités associatives. C'est une exclusion de fait, illégale.

Les cinq accès ont été rétablis après demande expresse, sans un mot ni la moindre politesse.



(C) Pascal Peyremorte, tous droits réservés
Dernière mise à jour : 07/06/2024
Contact